">

Change before
you have to.

People
before products.

Tell it
like it is.

Les insights de la semaine #1

Par Sébastien Dubois - Associé Recherche Insights - Mars 31, 2023

Les Insights de la semaine, c’est l’actu des insights qui nous a marqué chaque semaine. Pour cette première, nous vous partageons des données tout à fait officielles pour faire le point sur la population immigrée en France, sur la fatigue informationnelle qui touche plus d'1 Français sur 2, et sur le marché de la mode en souffrance qui a aussi des contre-exemples de réussite.

1/ La population immigrée et étrangère en France


Pour en finir avec les idées reçues, les fausses informations, voire certains fantasmes, l’ouvrage de l'Insee "Immigrés et descendants d’immigrés en France" dans la collection Insee Références fait le point sur la population immigrée et étrangère en France en 2021.

En 2021, 7 millions d'vivent en France, soit 10 % de la population totale (67,6 millions). 2,5 millions d'immigrés, soit 36 % d'entre eux, sont français. La population vivant en France s'élève à 5,2 millions de personnes, soit 7,7 % de la population totale. Elle se compose de 4,5 millions d'immigrés n'ayant pas acquis la nationalité française et de 0,8 million de personnes nées en France de nationalité étrangère.

Cette population immigrée progresse de manière continue depuis 1946. Si elle correspond à 10 % de la population vivant en France en 2021, elle représentait 7,4 % en 1975 et 5 % en 1946. On est encore loin du grand remplacement...

L'ouvrage fait aussi le point sur les pays d'origine des immigrés, leur profil ne cessant de se diversifier. En 1968, 72 % des immigrés venaient du Maghreb et d’Europe du Sud, contre 45 % aujourd’hui, l’immigration venant d’Asie et des autres pays d’Afrique s’étant développée.  Pour être plus précis, les pays de naissance les plus fréquents des immigrés sont l'Algérie (12,7 %), le Maroc (12 %), le Portugal (8,6 %), la Tunisie (4,5 %), l'Italie (4,1 %), la Turquie (3,6 %) et l'Espagne (3,5 %). La moitié des immigrés sont originaires d'un de ces sept pays (49 %).

La situation des descendants d’immigrés s’améliore par rapport à celle des immigrés, mais demeure dans l’ensemble moins favorable que celle des personnes sans ascendance migratoire.

https://www.insee.fr/fr/statistiques/3633212

2/ Les Français souffrent de crise informationnelle


Pour comprendre le phénomène de fatigue informationnelle, en mesurer la portée, en saisir les enjeux et les risques, L’ObSoCo, Arte et la Fondation Jean-Jaurès se sont associés pour mener une enquête inédite. Les résultats ont notamment mené à l'ouvrage "Quand l'info épuise", de Guénaëlle Gault et David Medioni, et ils sont plutôt alarmants.

53% des Français souffrent en effet de fatigue informationnelle, dont 38% de façon intense, ce qui peut les conduire à cesser de s'informer. Cette situation non seulement fragilise les individus, mais aussi l'ensemble des institutions et de la société.

Trois grandes mutations concourent à ce phénomène. D'abord, le flux permanent. Les Français utilisent en moyenne 8,3 canaux pour s'informer. C'est tout un écosystème qui s'est enrichi en se fragmentant, dans un volume sans limite. La deuxième raison, c'est la nouvelle économie de l'attention. Nous sommes dans un véritable "réchauffement médiatique", 52% des Français ne pouvant s'empêcher de cliquer s'ils savent d'avance que c'est une information futile. Enfin, nous sommes entrés dans un changement de régime de vérité. L'ère des grands récits est achevé, générant à la fois un désir de véracité, mais également une défiance généralisée.

Épuisant...

https://www.jean-jaures.org/publication/quand-linfo-epuise-le-syndrome-de-fatigue-informationnelle/

3/ Ces marques qui traversent la crise de la mode


Pour finir, Linkedin vient récemment de lancer une Newsletter bimensuelle, La Conso en bref, à laquelle nous vous conseillons fortement de vous abonner. Dans cette 1e édition, c'est le marché de la mode et des enseignes qui est mis en exergue.

Dans un contexte où chaque semaine voit des marques comme Camaieu, Gap, San Marina, Go Sport, André, Kookaï et d'autres encore en pleine difficulté, des experts prennent la parole pour décrypter les raisons pour lesquelles d'autres enseignes de mode réussissent à tirer leur épingle du jeu.

On nous explique par exemple que nous sommes passés d'un "marché en ballon de rugby", à un "marché en sablier". En bas, une activité dopée par les volumes des tout petits prix de la fast-fashion, du discount et de la seconde main, et en haut, la forte valeur des marques premium et de luxe. Au cœur du sablier, il reste encore un chemin. Mais il est étroit.

Éclairant!

https://www.linkedin.com/pulse/ces%2Dmarques%2Dqui%2Dtraversent%2Dla%2Dcrise%2Dde%2Dmode%2Dlinkedin%2Dactualites/
Linkedin

Partager sur Linkedin

Twitter

Partager sur Twitter

Nos autres articles

  • Les insights de la semaine #22

    Blog

    • Research et insights

    • Les insights de la semaine

    • Insights

    • Etudes

  • Les insights de la semaine #21

    Blog

    • Les insights de la semaine

    • Insights

    • Research et insights

    • Etudes

    • Ethnographie

    • Ethnologie

  • Les insights de la semaine #20

    Blog

En voir plus +