">

Change before
you have to.

People
before products.

Tell it
like it is.

Les insights de la semaine #20

Par Sébastien Dubois - Associé Recherche Insights - January 20, 2024

Moins de bébé, moins d'alcool, moins de fringues, moins d'agences de voyage, mais plus de Vinted, de cavistes, de vélos, et une population vieillissante. Les insights de la semaine #20 vous partagent différentes enquêtes de bilan qui éclairent les nouvelles structurations de la France de demain. Un bilan démographique qui ne fait qu'augmenter l'espérance de vie, des Français qui se détournent de plus en plus du vin et de l'alcool en général, et un panorama du commerce à Paris qui dresse le portrait de la métamorphose des rues, mais aussi des usages et de notre mode de vie.

1/ Les consommateurs de vin en France en chute libre


Si vous êtes en plein Dry January, les chiffres de la consommation d'alcool et de vin en France vont peut-être vous inciter à pousser jusque février.

En effet, en 2022, la consommation régulière de vin en France continue de décliner, illustrant la tendance générale à la baisse de la consommation d'alcool. Selon la neuvième édition de l'enquête quinquennale sur la consommation de vin en France réalisée par Ipsos Observer pour FranceAgriMer et le Cniv, les Français buvant du vin "tous les jours ou presque" ne représentent aujourd'hui que 11% de la population. Une diminution de 5 points par rapport à 2015, alors que ces consommateurs constituaient la moitié de la population nationale en 1980.

Les auteurs attribuent ce changement au renouvellement des générations, les jeunes privilégiant une consommation d'alcool plus occasionnelle, et se reportant sur d'autres consommations plus régulières. Cette évolution s'inscrit aussi dans une tendance plus large de réduction de la consommation d'alcool, avec une chute de plus de 60% de la consommation individuelle moyenne de vin entre 1960 et 2022.

Pour aller plus loin, la proportion de non-consommateurs de vin se stabilise autour de 37% depuis 2010, 19% des Français déclarant même ne consommer aucune boisson alcoolisée, soit 4 points de plus par rapport à 2015. Notons que, dans l'univers des boissons alcoolisées, seule la bière attire de nouveaux consommateurs.

Le report sur d'autres consommations récréatives, les injonctions de santé et le travail de prévention, et les changements de mode de  vie modifient en profondeur la place de l'alcool dans le quotidien des Français, mais aussi sans doute son poids rituel, économique, et son influence imaginaire et culturelle.

Chute de la consommation de vin en France

2/ Moins de bébés, mais une espérance de vie qui bat des records


Selon le dernier bilan démographique de l'Insee du 1er janvier 2024, la population française compte 68,4 millions d'habitants, affichant une hausse de 0,3% par rapport à l'année précédente. Les chiffres de l'Insee dessinent surtout une nouvelle structuration de la population, avec une forte tendance au vieillissement, par deux dynamiques lourdes et continues.

D'abord, une France qui fait de moins en moins de bébés. Les chiffres relèvent en effet une baisse significative des naissances en 2023, avec 678 000 bébés, soit 6,6% de moins qu'en 2022. Cette chute s'élève à près de 20% depuis 2010, une première depuis la Seconde Guerre mondiale.

L'indice conjoncturel de fécondité (ICF) s'établit ainsi à 1,68 enfant par femme, en forte baisse par rapport à 2022 (1,79). Toutes les classes d'âge de femmes, y compris celles de 30 ans et plus, contribuent à cette baisse. L'âge moyen à la maternité est à 31,0 ans. Il était à 29,5 ans il y a vingt ans.

Moins de bébés, mais aussi plus de Français âgés. Nous constatons en effet une réduction des décès, avec 631 000 personnes décédées en 2023, représentant une baisse de 6,5% par rapport à 2022. Après trois années de forte mortalité, principalement due à la pandémie de Covid-19, cette diminution marque un tournant.

Le bilan démographique révèle également que l'espérance de vie des hommes atteint pour la première fois 80 ans en 2023, celle des femmes se situant à 85,7 ans. L'espérance de vie, en France, est supérieure de plus de deux ans à la moyenne des 27 pays de l'Union européenne (78 ans pour les hommes et 83,4 pour les femmes, tous pays européens confondus). Elle est aussi plus élevée que l'espérance de vie mondiale estimée à 73,3 ans selon l'OMS.

Plus qu'une simple évolution démographique, ce bilan est un véritable défi pour notre modèle social.

Bilan démographique France 2023

3/ L'évolution du commerce à Paris depuis 2020


Tous les 3 ans, l’Atelier Parisien d'Urbanisme (APUR) publie son panorama des commerces de la capitale. Sa dernière livraison dresse le portrait des métamorphoses des rues parisiennes, qui traduisent les nouveaux modes de consommations, les nouveaux besoins serviciels des Parisiens et la transition vers les mobilités douces.

Nous retenons 3 grandes tendances à la baisse. D'abord, la montée du commerce en ligne qui impacte notamment les commerces d’équipement de la personne, avec une baisse de -8 %. Moins de vêtements, moins de chaussures, moins de bijouterie, déportés entre autre sur Vinted et consorts. Aussi, l’augmentation de la dématérialisation des échanges, qui explique la baisse des agences bancaires, des agences de voyages ou d’assurance, avec une baisse de 7 %. L'étude souligne également le lien entre le fort recul du taux de motorisation des parisiens (67 % des ménages parisiens ne possèdent pas de voitures) et la baisse des garages, des concessionnaires et des stations-service (-9%).

A l'inverse, émergent 5 grandes tendances à la hausse. D'abord, la forte hausse du commerce alimentaire qui traduit le souhait des Parisiens de pouvoir faire leurs courses du quotidien à côté de chez eux dans des petits commerces. De la même manière, la hausse de la restauration, et en particulier dans le format restauration rapide en plein essor depuis le Covid. A l'inverse de la baisse des motorisations, la hausse des mobilités douces, qui se traduit par la création de nombreux magasins dédiés à la vente et à la réparation de vélos. Autre phénomène, les nouveaux modèles d’exercice collectif de la médecine en rez de chaussée remplacent les cabinets traditionnels en étages, ainsi que la forte hausse (+15%) des espaces de bien-être (instituts de beauté, prothèses auditives, ongleries...).

Ces évolutions structurent un nouveau paysage urbain et de nouveaux usages de la ville, qui va de la transformation de la grande distribution en milieu urbain jusqu'aux nouveaux pratiques de la santé et du bien-être.

L'évolution du commerce à Paris
Linkedin

Partager sur Linkedin

Twitter

Partager sur Twitter

Nos autres articles

  • Les insights de la semaine #24

    Blog

    • Insights

    • Les insights de la semaine

    • Research et insights

    • Etudes

    • Ethnographie

  • We are Supper :
    Guillaume Marguet

    Blog

    • Portrait

    • Design Systémique

  • C’est le printemps,
    lisons vert ! 

    Blog

    • Lecture

    • Écologie

En voir plus +