">

Change before
you have to.

People
before products.

Tell it
like it is.

Les insights de la semaine #9

Par Sébastien Dubois - Associé Recherche Insights - July 8, 2023

Dans Les insights de la semaine #9, nous vous dressons un panorama pas très glorieux de phénomènes sociaux qui structurent notre époque. D'abord, dans une société totalement digitalisée, une frange conséquente de la population française est en fracture avec la vie "tout à l'écran" et la maîtrise des outils numériques. C'est ce que l'on appelle l'illectronisme, et il concerne 15% des Français. Aussi, si vous êtes en train de préparer vos valises pour les vacances d'été, ce n'est pas le cas de tout le monde (et ce n'est pas une faible minorité). Enfin, si les chariots de course restaient toujours remplis malgré les crises, les courbes de consommations alimentaires se sont clairement inversées : les Français ne sont plus en arbitrage, ils sont clairement en restriction.

1/ L'illectronisme touche 15% de la population française


Savez-vous ce qu'est l'illectronisme ? C'est la difficulté, voire l'incapacité, que rencontre une personne à utiliser les appareils numériques et les outils informatiques en raison d'un manque ou d'une absence totale de connaissances à propos de leur fonctionnement. Autant dire que c'est un phénomène handicapant dans une société dans laquelle le digital a envahi toutes les activités humaines.

Et bien près d’un Français sur cinq peine encore à utiliser Internet. Selon une étude de l’Insee, 15,4% des personnes de plus de 15 ans sont en situation d’illectronisme en France.

Dans le détail, 13,9% des personnes interrogées n'ont pas utilisé Internet au cours des trois mois précédant l'enquête réalisée en 2021, et 1,5% l'ont utilisé mais ne possèdent pas les compétences de base. Cette part de la population française qui ne surfe quasiment pas sur le web a baissé de trois points entre 2019 et 2021. L'Insee y voit une conséquence directe de la crise sanitaire du Covid quand "les compétences liées à la recherche d'informations en ligne et l'utilisation de logiciels se sont particulièrement diffusées".

L'illectronisme touche notamment les personnes âgées. Un tiers des 60 ans et plus sont concernées. La proportion grimpe à plus de 60% chez les plus de 75 ans, contre seulement 2% des 15-24 ans. De fait, un tiers des retraités sont touchés. Cela concerne la moitié des anciens agriculteurs, commerçants, artisans et ouvriers, contre 10% des anciens cadres.

Mais le phénomène ne touche pas que les plus vieux. Il rencontre aussi les personnes sans diplôme, qui ont sept fois plus de risque d'être en situation d'illectronisme que les bac+3. Ce n'est pas parce qu'un jeune sait utiliser Tiktok qu'il maitrise le digital et soit capable de déclarer ses impôts ou rechercher un travail.

L'illectronisme en recul

2/ Tous les Français ne partiront pas en vacances cet été


Ce week-end annonce les grandes vacances estivales! On pourrait croire que la très grande majorité des Français partent en vacances l'été, ce n'est pourtant pas le cas.

Les Français sont de plus en plus nombreux à renoncer à partir en vacances l’été. Près de 40% d’entre eux n'ont pas organisé de séjour estival long cette année, selon une étude du CSA pour Cofidis Group. Un chiffre en hausse de trois points par rapport à l’an dernier.

La raison principale? Entre le coût des transports, les tarifs de location et les prix des produits souvent plus élevés dans les zones touristiques, près de la moitié des foyers concernés (44%) ne partiront pas en vacances cet été par manque de moyens financiers.

Le phénomène touche davantage les personnes qui vivent en milieu rural. Ils sont 64% à ne pas partir en vacances pour des raisons financières, contre 58% de l'ensemble de la population, selon un sondage de l'IFOP pour l’association Familles rurales.

Que penser alors du "droit aux vacances" pour tous, actuellement débattu à l'Assemblée nationale...

Tous les Français ne partiront pas en vacances

3/ Les dépenses alimentaires en chute libre


Du jamais vu depuis au moins cinquante ans! La consommation alimentaire des ménages français est en train de craquer et retrouve son niveau d'avant les années 2000.

Depuis janvier 2022, les coupes dans les dépenses d’alimentation des Français ont été particulièrement brutales. En dix-huit mois, le volume des dépenses (montant des dépenses à prix constants) a chuté de 17 %, retombant à leur niveau de 2007, alors que la population augmentait de plus de 4 millions. Depuis 1980, jamais une telle baisse n’avait été constatée : jusque-là, le volume n’avait jamais baissé de plus de 4 %.

Cette chute est la conséquence directe de la période de flambée des prix que nous traversons. Les Français semblent être passés des arbitrages aux restrictions, les caddies étant tout simplement moins fournis. Lors des crises précédentes, l'alimentaire restait une valeur sûre. Les Français sacrifiaient des loisirs, des week-ends ou des vacances au profit de l'alimentation. Le Covid est peut-être passé par là, avec une plus grande priorité à la détente.

Les dépenses alimentaires en chute libre
Linkedin

Partager sur Linkedin

Twitter

Partager sur Twitter

Nos autres articles

  • Les insights de la semaine #28

    Blog

  • Les insights de la semaine #27

    Blog

    • Insights

    • Les insights de la semaine

    • Research et insights

    • Etudes

    • Étude sociologique

  • Les insights de la semaine #26

    Blog

En voir plus +